LECTRICS INTERVIEW – PERSU OCT CREW

Crédit photo Axel Morin.

 

Jim Beam drinker, wrestler, stuntman, Roi Heenok fanatic, Flavor of Love (with Flacvor Flav) faithfull viewer and true cats friend, Persu is also indisputably one of France most famous “Wild-stylers”. This OCT member, grants us with an interview and shares about his style or more to say his styles that he’s been enhancing and developing through the years.

More info about Persu, have a look at his website HERE.

Translation by Dorbax.

——————————————————————————————-

Buveur de Jim Beam, catcheur, cascadeur, grand amateur du Roi Heenok, fidèle téléspectateur de l’émssion Flavor of Love (avec Flavor Flav) et grand ami des chats,  Persu est aussi incontestablement un des “wild-styleur” les plus réputé de France. Le membre des OCT, nous accorde une interview et nous parle de son style ou plutôt de ses styles qu’il a su affuter et faire évoluer à travers les années.

L’interview en français est juste après la version en anglais.

Pour plus d’infos sur Persu, jeter un oeil sur son site ICI.

 

Let’s start at the beginning. Persu, can you tell us who you are ?
Hello. I’m a young and handsome 36 years old man, I discovered graffiti along with hip hop in 1990. I’m fond of graffiti, pro-wrestling entertainment, ice cream, cats, bluegrass, hardcore-punk, underground us west coast rap, from the cellar, fast rap with technical flows, and I also like to acrobatics !

Finally an original presentation! I’m surprised you don’t talk about this Canadian rapper (Editor’s note: the Roi Heenok). Doesn’t interest you anymore?
Héhé, no actually I still keep posted about him. The album that dropped last year is, for me, one of the best french rap album of the year. This guy manages to make banging tracks, with his offbeat “non-flow”, he pushes so much his concept that it works. Furthermore, the instrumentals are hardcore as hell, and for the lyrics, nothing to say, it’s jewels for your ears. He keeps one moving forward with his gangster style, between Chirac and Sadaam.

Since your very beginning you get around a lot. Can you tell us your globetrotter course ?
I used to live in a small town where nothing really happened, so I moved quite often to paint in more lively places. Then I settled in Paris during 7 years. For a few years now, I live on the west coast, in L.A (Loire Atlantique – Editor’s note: it’s a region of France).
I painted in every place I visited, including european countries as well, like Italy, Spain, Greece, Germany, Switzerland, The UK, but never crossed the ocean yet.

By the way, talking about painting on the west coast, when we look close at your style, we imagine that it’s something you should enjoy ?
Indeed, yes. I often think to myself that if I go to the USA, I would rather go to Los Angeles than to New York. As a lot of people, I was influenced, first, by the New York Oldschool scene, but when the AWR/MSK and particularely Revok, Saber and Sever arrived in the specialized press, I really had a blast.
I am also very influenced, musically speaking, by the west coast independant rap scene, crews like Living Legends, Project Blowed, who push further the limits of flow, and also The Shapeshifters crew, with their crazy style.
Finally, I’m also fond of the L.A. « gangsta-chicano-lowride-tatoo » aesthetics.

You go for wild-style very early in your career. What makes that you precisely like this style  of writing ?
When I paint on legal or almost legal walls, I consider that I have time so I can paint something more complex. I absolutely don’t denigrate the « simple style » because it’s the basics, just after tagging. But I like to go complex, put some more mess in it and making it look hardcore. I’ve been drawing stuff since I was born, being concentrated and patient.
But well, it depends, as I always want my « wild style » pieces to be understandable and decipherable, which means that even without all the mess around, my letters are not disgusting, except when I deliberately go into abstract stuff, which happens sometimes.

Not easy, actually. But the gossips say that all this « mess », as you say, is a way to hide the weakness of the letters. What is your answer to these people ?
Yes, actually it’s something that is often said as long as you paint in a « wild style ». I don’t have much to answer to this, except that, yes it’s true, a lot of writers hide behind this « mess », but as far as I’m concerned, the basics of my letters is not very complex, it’s even rather classical (« Bando » school), which makes them still readable, for those who make the minimum effort to watch, and with or without this « mess » around, my lettering is not weak. The first who doesn’t agree, I smash him !! (Humour)

You are a painting machine. 300 pieces for the year 2013 ! How do you manage to paint so much without losing interest, and still finding the same pleasure ?
As long as I will continue to be smashed when looking at other artists’ works from graffiti or not, I will always have that motivation to continue painting and developing my style. As I consider that I don’t paint as much as I would, I gradually do more « rapid » pieces with less effects in the filling and more lines. I must confess that when I got hold of Swet’s book « Swet goes red », it just made things worst. Variety in a raw and spontaneous style, that’s exactly what I like, and what I strive for, in my own way.

Do you mean that you move forward by watching what’s done by others ? Is it a sort of competition between you and the graffiti scene ?
Yes, indeed, in this graffiti world, the competition state of mind is what drives me further. The more slaps in my face I get, the more slap I want to give back, it’s a positive competition. Instead of feeling flattered, it pushes to surpass oneself, and always push back your own limits. My goal is not to become the best, it’s simply to be better in what I do. As I said, my inspiration doesn’t come much from graffiti, it comes from everything I observe in life, not necessarily artistic stuff. Attitudes, sounds, feelings, etc…

Compared to a few years ago, your style is less visually stylish and more spontaneous. Besides the fact that the result is different, do you think you get more pleasure ?
One could think I’ve become lazy, but I don’t think so, it’s just an evolution and different desires. My philosophy in life is like « I don’t care », which is actually tatooed on my fingers…and what I really like is to draw fast, I like to be voluntarily dirty. Having a visually stylish and very clean result, doesn’t interest me as much as it used to. Otherwise I would do « trompe l’œil » style or even hyperrealism.
The technique in itself doesn’t interest me much, actually. Once, I did a 3D piece, I was constantly retouching and adjusting small surfaces, I spent about 1 hour per letter…Now I can do a whole wild style in less than 1 hour. It’s far more fun for me, to draw my outlines as fast as I can, that’s what I like the most. I do the filling with a fatcap quickly, to spare time. If I can do it with a paint roller, it’s even faster. So, yes, I get more pleasure by painting fast, doing paint drips, squirts, leaving some parts voluntarily dirty or unfinished. It gives more punch to my pieces.
It’s certainly related to the fact that I’m a big fan of Pollock’s abstract paint explosions (not quite original, I know) or « Nu Descendant Un Escalier » by Duchamp which is also a classic one. I favour the line, as well as aiming at abstraction, and all the difficulty resides here, trying to mix these two opposites visions.

When you say you prefer drawing lines rather than filling, would that mean that you favor the moment rather than the final rendering?
I clearly take advantage of the moment, I don’t like to spend too much time to touch up details again and again, spontaneity and first shots are a priority.
When I fill in randomly for example, it makes me get around “electric filling” with “bomb spitting”. Same thing with drippings. At the end, it brings a quite elaborated style.
In general, my pieces have a good impact, but I don’t really work out the backgrounds. A few fat cap shots and that’s all. However, I recently wrote pieces with more elaborated figurative backgrounds, which is something I want to develop. I keep 2 or 3 colors maximum, graphic processing like for comics.

I find your style quite compact and not very airy. What is, according to you, this will to fill the free spaces in your pieces ?
In secondary school, during the drawing class, we had a subject called « horror of emptiness ». I filled a 50×65 format with pipes in a « Mode 2 » style. I was very happy with this plus, I got a good mark, 19/20 ! I often say to myself, that  a bit of airing wouldn’t do any harm to my pieces, but I also think that it’s part of who I am – my sleeping room is not very airy, and there are piles of « mess » in every corner.

Do you attach importance to innovation in your lettering ?
I do not necessarily try to innovate in my lettering, as they are quite classics in their forms, but I try, above all, to vary it. What I absolutely don’t want is do the same piece again and again. So even if I have automatic processes, I try hard at most not to have two pieces look the same. Well, they might look similar, which is quite flattering, it means my style is recognizable. But if you compare my pieces, the letters will sometimes have ressemblances in their forms. Like the « P » getting thiner downward and bending on the left.  I have difficulties to get rid of it.But you won’t see 2 times the same letter in 2 different pieces. The innovation will not appear in the letters forms, but more in the process, as I told you before.

You tell me that you are sometimes stuck with recurrent forms. Do you always begin by drawing your letters in the same order ?
No. For example, yesterday I wrote a piece and I began sketching from right to left, beginning with the « U ». Sometimes, I begin with the « R » , sometimes I draw just a few lines of every letter, in fact it depends on the room I have, on how I’m positionned if I paint with other writers, on the time I have to do my piece and the time the others need to end their sketches, because in general I don’t like to wait until everyone has finished to sketch, to know where I can begin mine.

In 2006 you have been wounded in the right arm . One could have thought you would stop for a moment, to recuperate. But instead, you still painted a lot, with your left hand. Can you tell us about the impact this temporary handicap had on your style ?
I broke my right arm in 2000, 2006 and also 2010, I think. I continued to paint with my left hand. At the beginning, I tried to reproduce what I did with my right hand, but the results were quite bad. Then I asked friends who are not writers, to draw me « Persu » sketches, which I reproduced with my left hand. It was fun. At that period, I didn’t really understood the « ignorant style » vibe, but painting this way, made me appreciate it. A few meeting later, until 2006, made me definitively like this style and also thanks to the CAP Crew book, from Prag). I try to paint in an « ignorant style » (Editor’s note: also called “anti-style”) from time to time, with another name, in virgin wastelands.
It’s a different way to paint, far more fun, spontaneous and hastily. These 2 differents styles in writing, make me progress and give me ideas, one for the other.
Sorry if what I say is not very clear, it’s a big mess in my room, in my graffitis, and in my brain too.

It’s incredible to work with two styles that are totally at the opposites, not only in the lettering but also in the rigour and the result. It goes to show an important eclectism in your tastes and in your paintings, don’t you think ?
Yes. I’m a gemini, I have a twin sister, there are several persons in my head, I’m very eclectic in general, for music, paint, graffiti, movies, friends, in everything. For « conventional » people, I’m often thought to be a weird guy. But, well, i don’t care.

Do you think you will stop or slow down graffiti one day ?
No I don’t think so. To stop is absolutely out of question, to slow down, it depends on how my life goes on, I can’t really know, but for now it’s not scheduled.

One quick word for our readers ?
Be careful on the road, don’t run over cats. They were never told they must look left and right before they cross the road, it’s not their fault if they cross roads randomly.

————————————————————————————————————–

[nggallery id=256]

 

INTERVIEW EN FRANCAIS

Commençons par le commencement. Persu peux-tu nous dire qui tu es ?
Salut. Je suis un jeune et bel homme de 36 ans, qui a découvert le graffiti en même temps que le Hip-hop en 1990. Je suis fan de graffiti, de catch, de bluegrass, de punk-hardcore, de rap underground west-coast indie du gouffre avec des gars qui rappent à 300 à l’heure avec des flows techniques, de glaces, de chats et j’aime faire des acrobaties.

Enfin une presentation orginale! Tu ne me parles pas du rapeur canadien. Je suis surpris. Ca t’es passé ?
Héhé, non, je suis son actualité. L’album qu’il a sorti l’an dernier est pour moi l’une des meilleures sorties de rap français de l’année. Le gars arrive à faire des morceaux qui défoncent avec son non-flow, il est tellement à fond dans son concept que ça marche, de plus les instrus sont hardcores à souhait, et ses paroles, rien à redire, des bijoux pour tes oreilles. Le lascar continue de gambader avec son style gangster entre Chirac et Sadaam.

Depuis tes débuts dans le graffiti tu as pas mal bourlingué. Tu peux nous raconter ton parcours de globetrotter ?
J’habitais dans une petite ville où il ne se passait pas grand-chose, donc je voyageais pas mal pour aller peindre dans des endroits plus vivants, puis j’ai vécu à Paris pendant 7 ans. Je suis maintenant sur la côte ouest, à L.A. (Loire Atlantique) depuis quelques années. J’ai peint dans chaque endroit où je suis allé, et j’ai fait quelques pays en Europe comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce, l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre, mais n’ai jamais encore traversé l’océan.

Justement peindre sur la vraie côte Ouest, quand on regarde de prêt ton style on se dit que c’est un truc qui devrait te plaire, non ?
En effet, je me dis souvent que le jour où j’irai faire un tour aux USA, j’aurai plus envie d’aller à Los Angeles qu’à New York. J’ai comme beaucoup de monde été influencé d’abord par la scène old school new yorkaise, mais lorsque les AWR/MSK et notamment Revok, Saber et Sever sont arrivés en force dans les médias graffiti spécialisés, j’ai pris une réelle claque. D’autre part, je suis aussi très inspiré musicalement par la scène rap-indé de la côte ouest, avec des crews comme les Living Legends, le Project Blowed qui repoussent les limites du flow, et les Shapeshifters avec un style plus déjanté. Et pour couronner le tout, je suis aussi très fan de toute l’esthétique gangsta-chicanos-lowride-tattoo propre à L.A.

Tu t’es très tôt orienté vers le wild-style. Qu’est ce qui te parle dans ce style exactement ?
Quand je peins sur des murs « légaux » ou tranquilles, je considère que vu que j’ai du temps, autant faire quelque chose de complexe. Je ne dénigre pas le Simple Style, au contraire, après le tag on peut dire que c’est vraiment la base du truc. Mais j’aime me compliquer la tâche, rajouter du bordel et obtenir un rendu hardcore. J’aime beaucoup dessiner depuis que je suis né, et je suis un gars plutôt patient et concentré. Enfin ça dépend. Je mets cependant un point d’honneur à ce que mes wild styles restent « déchiffrables », c’est à dire que même sans tout le bordel, mes lettres soient pas dégueulasses sauf quand je pars délibérément dans l’abstrait, ce qui m’arrive parfois.

Pas facile en fait ! Mais les mauvaises langues disent que tout ce « bordel » comme tu dis, c’est pour cacher la faiblesse des lettres. Tu leur réponds quoi à ces gens là ?
Héhé, oui, c’est une phrase qui revient souvent dès lors qu’on fait du wild style. J’ai pas grand-chose à répondre à ça, si ce n’est qu’effectivement beaucoup de graffeurs se cachent derrière le bordel, mais pour ma part, ma base de lettrage n’est pas forcément excessivement complexe, elle est même plutôt classique, école Bando, ce qui fait que ça reste lisible, enfin pour ceux qui prennent la peine d’observer un minimum. Au final, avec ou sans bordel, mon lettrage n’est pas faible. Le premier qui me dit le contraire, je le défonce. (Humour).

Tu es une machine à peindre. 300 pièces au compteur en 2013! Comment fais-tu pour peindre autant sans te lasser et trouver toujours autant de plaisir ?
Tant que je continue à prendre des claques en regardant le travail d’autres artistes, dans le graffiti ou dans d’autres domaines, j’aurai toujours cette motivation à vouloir continuer à peindre et développer mon style. Comme je considère que je ne peins même pas assez à mon goût, j’en suis venu à faire des pièces plus rapides avec moins d’effets dans le remplissage et plus de lignes. Il faut bien avouer que de m’être procuré le livre de Swet « Swet Goes Red » n’a fait qu’empirer les choses dans ce sens ; de la variété dans le style balancée de façon brute et spontanée, exactement ce que j’aime de plus en plus et ce vers quoi je tends, à ma façon.

Tu veux dire que c’est en regardant ce qui se fait que tu puises de nouvelles ressources pour avancer ? Comme une espèce de compétition entre toi la scène graffiti ?
Oui, en effet, l’esprit de compétition qu’il y a dans le graffiti est un moteur. Plus je prends des claques, plus j’ai envie d’en mettre en retour, c’est une compétition positive qui au lieu de flatter l’égo va plutôt te pousser à te dépasser et repousser toujours tes limites. Mon but n’est pas de devenir le meilleur, mais juste de devenir meilleur tout simplement. Après comme j’ai dit, je ne regarde pas que ce qui se fait en graffiti, et ce qui m’inspire vient plus souvent d’ailleurs, de tout ce que je peux observer dans la vie, pas forcément que des trucs artistiques. Des attitudes, des sons, des sensations etc.

C’est vrai que par rapport à il y a quelques années, ton style est moins léché et plus spontané. Outre le fait que ça donne un rendu différent, aurais-tu l’impression de prendre plus de plaisir ?
On pourrait croire que je suis devenu feignant, mais je ne pense pas, c’est juste une évolution et des envies. J’ai une philosophie de vie qui est un peu « j’m’en fous ». Je l’ai d’ailleurs tatouée sur mes doigts. Ce que je kiffe c’est dessiner vite, j’aime faire du « sale » volontairement. En effet le rendu « nickel propre ultra léché » ne m’intéresse plus comme avant. Sinon je ferais du trompe l’œil ou de l’hyperréalisme. C’est la technique en elle-même qui ne m’intéresse pas trop. J’ai fait une fois une pièce 3D, je ne faisais que retoucher et retoucher indéfiniment des petites surfaces, j’ai passé une heure sur chaque lettre… Maintenant je peux faire un wild style entier en moins d’une heure. Je m’éclate plus à tracer mes contours à fond la caisse, ce que je kiffe avant tout moi c’est le tracé des lignes. Le remplissage je le fais au fat et à l’arrache pour que ça m’occupe le moins de temps possible, et quand je peux en faire une partie au rouleau, tant mieux. Donc effectivement, je prends beaucoup plus de plaisir à peindre vite, à faire des coulures, des giclures, à laisser volontairement des parties crades ou pas complètement finies, et je trouve que ça ne donne que plus de patate à mes pièces. C’est très certainement relié au fait que je suis un grand fan des explosions de peinture abstraites de Pollock, même si je sais, que ce n’est pas très original, ou de « Nu Descendant Un Escalier » de Duchamp qui est également un grand classique. Je privilégie la ligne tout en tendant vers l’abstraction, et toute la difficulté est là, essayer de faire se rencontrer de façon cohérente ces deux pratiques plutôt opposées.

Le fait de préférer tracer plutôt que de faire tes remplissages, ne voudrait-il pas dire que tu privilégies le moment plutôt que le rendu ?
Je profite clairement du moment, je n’aime pas passer des plombes à retoucher encore et encore des petits details, spontanéité et premier jet sont prioritaires. Mais le fait de remplir à l’arrache par exemple, m’amène à faire des trucs comme contourner le ”remplissage électrique” en crachotis, idem parfois pour les coulures, ça apporte donc une sorte de rendu assez travaillé au final. De manière générale, mes pièces ont au final un bon impact, par contre je ne travaille clairement pas trop les fonds. Quelques coups de fat cap et basta. J’ai cela dit fait quelques pièces récemment avec des fonds figuratifs un peu travaillés, et c’est quelque chose que je veux développer. Ça reste du 2-3 couleurs maximum, traité graphique genre BD.

Tu as un style que je trouve assez compact et très peu aéré. Quel est selon-toi le rendu voulu à combler les espaces vides de tes pièces ?
Au collège en cours de dessin on avait eu un sujet « l’horreur du vide ». J’avais rempli un format raisin de tuyaux « à la Mode 2 », j’étais super content de mon truc. J’ai d’ailleurs eu 19/20. C’est vrai que souvent je me dis qu’un peu d’aération dans mes pièces ne leur ferait pas de mal, mais je pense que ça reflète en quelque sorte ma façon d’être – ma chambre est peu aérée et y’a des montagnes de bordel dans tous les coins.

Quelle importance donnes-tu à l’innovation dans tes lettres ?
J’essaie pas forcément d’innover dans mes lettrages, puisqu’ils sont plutôt classiques dans la forme, mais j’essaie avant tout de varier ceux-ci. Ce que je ne veux absolument pas, c’est faire la même pièce indéfiniment. Donc même si j’ai des automatismes, je m’efforce au maximum de faire en sorte qu’il n’y ait pas 2 pièces qui se ressemblent. Bon, elles se ressemblent un peu, et d’ailleurs c’est plutôt flatteur, ça veut dire que j’ai un style reconnaissable, mais si on compare mes pièces, les lettres auront parfois des airs de ressemblance dans leur forme. Par exemple le P qui s’affine en bas et qui penche sur la gauche, ça j’ai du mal à m’en défaire. Mais tu ne verras jamais 2 fois la même lettre identique dans 2 pièces différentes. Là où je vais plus essayer d’innover, c’est pas tant dans les formes des lettres mais plutôt dans le traitement, comme je t’en parlais un peu plus tôt.

Tu me parles de parfois bloquer sur des formes qui reviennent assez souvent et pour lesquelles tu n’arrives pas à te défaire. Est-ce que tu commences toujours à tracer tes lettres par le même endroit ?
Non. Par exemple hier j’ai fait une pièce où j’ai esquissé de droite à gauche, en commençant donc par le U. Des fois je commence par le R, d’autres fois je fais juste quelques traits par lettre et je reviens dessus après, en fait ça dépend de la place que j’ai, de comment je suis placé sur le mur par rapport aux autres avec qui je peins, du temps que j’ai pour faire ma pièce et du temps que les potes mettent à esquisser, car en général je n’ai pas envie d’attendre qu’ils aient fini leur esquisse pour savoir où je peux commencer la mienne.

En 2006, tu te blesses au bras droit. On aurait pu penser que tu allais t’arrêter le temps de te refaire une santé. Mais finalement tu peints toujours autant mais avec ta main gauche. Tu peux nous raconter ce virage stylistique à 180° qui va découler de cet handicap temporaire ?
Je me suis pété le bras en 2000, en 2006 et aussi en 2010 (je crois). Je continuais à peindre main gauche. Au début j’essayais de refaire la même chose que de la main droite, mais les résultats étaient un peu nuls. Puis j’ai demandé à des amis qui ne graffent pas de me faire des sketches « Persu », et je les ai reproduits main gauche. C’était marrant. A cette époque je ne comprenais pas trop le délire Ignorant-style, et d’avoir peint comme ça m’a en quelque sorte fait commencer à apprécier ça. C’est le bouquin des CAP Crew de Praque mais surtout des rencontres plus tard, en 2006, qui m’ont définitivement fait kiffer ce style .  J’en fais, ou plutôt essaie d’en faire de temps en temps, sous un autre blaze et notamment dans les terrains vierges. C’est une façon différente de peindre, beaucoup plus fun, beaucoup plus spontanée et à l’arrache, et ces 2 pratiques me font progresser ou me donnent des idées l’une pour l’autre. Désolé si cette dernière phrase n’est pas très claire. C’est le bordel dans ma chambre, dans mes graffs et aussi dans mon cerveau.

C’est assez incroyable que tu pratiques deux styles qui soient complètement opposés tant au niveau de la lettre que de la rigueur et du rendu. Ca témoigne d’un éclectisme important dans tes goûts et ta peinture, tu ne trouves pas ?
Oui. Je suis gémeau, j’ai une sœur jumelle, je suis plusieurs dans ma tête, je suis très éclectique dans tout en général, musique, peinture, graff, films, potes, tout. Ce qui me fait d’ailleurs souvent passer pour un mec chelou auprès des gens qui sont trop « conventionnels ». Mais bon, j’m’en fous.

Est-ce que tu te vois arrêter ou ralentir le graffiti un jour ?
Non, j’pense pas. Arrêter, sûr que non, ralentir, ça dépend de comment va évoluer ma vie, je peux pas savoir, mais bon, c’est pas prévu au programme.

Un petit mot pour nos lecteurs ?
Faites attention sur la route, n’écrasez pas les chats, on leur a jamais dit qu’il fallait regarder à gauche et à droite avant de traverser, c’est pas leur faute s’ils traversent à l’arrache.

Related posts

© LECTRICS. All Rights reserved

The team is composed of:
Izzy Wobster: CEO, Whatyouwrite: news/Twitter manager, A76: news/advertising/photography, Sauciflar: news, Supadope: news/photography
MADE BY DR SLASH
#