Fuzi UV TPK interview & flix

fuzi

Interview in French done by Canal Street.

CANAL STREET a interview?© par mails interpos?©s FUZI l‚Äôun des kings historiques des UVTPK qui s‚Äôexprime par tous les moyens, le dessin, la peinture, le tattoo, la photographie, l‚Äô?©criture‚Ķ Son art lui ressemble, instinctif, violent, sinc?®re, absolument unique !

 

Il ne se cache pas derri?®re les mots et la langue de bois, jamais il ne la connaitra !

Peux-tu te pr?©senter ?

FUZI UVTPK, artiste sauvage.

J‚Äôai consacr?© ma jeunesse au graffiti et quand je dis ?ßa, ce n‚Äôest pas une parole en l‚Äôair. Je ne parle pas de hobbie, d‚Äôun passe temps entre l‚Äô?©cole le foot et ta meuf, mais de VIVRE pour le graffiti, taguer partout, voler tout le temps, se battre pour son nom, ?™tre toujours dans la rue, les GAV, r?¥der les pod?©s, contr?¥ler la ligne, prendre les photos, se faire courser‚Ķ Penser et faire du graffiti tout le temps, cela pendant plus de 15 ans. Forc?©ment, cela a influ?© tr?®s fortement sur la personne que je suis devenu, aussi bien artistiquement qu‚Äôhumainement. Ai particip?© avec d’autres ?† la cr?©ation et au d?©veloppement du groupe UVTPK. Le plus radical, mais aussi et surtout le plus prolifique groupe de graffiti en France.

Aujourd‚Äôhui, ?† 35 ans, j ai arr?™t?© de peindre sur les trains depuis quelques temps. J‚Äôai fait croire ?† la vie qu‚Äôelle m’avait dompt?©, mais mon c?¥t?© sauvage est bien l?† et il s’exprime par tous les moyens : dessins, peintures, tattoo, photographie, ?©criture‚Ķ Je m‚Äôexprime dans la confrontation, je n ai jamais agi pour plaire ou encore pire pour faire “beau”, je suis contre, anti tout, de nature, Mon art me ressemble, instinctif, violent, sinc?®re.

Pourquoi FUZI ?

Pourquoi pas ? Le nom est tout en graffiti, mais il n‚Äôest rien, L‚Äôimportant ce sont tous les moments que tu passes ?† le marquer partout, je l‚Äôai tr?®s vite compris. Je suis FUZI, mais j‚Äôai utilis?© des dizaines d‚Äôautres blazes. Pour brouiller les pistes des keufs bien s?ªr, mais aussi par plaisir d‚Äôendosser une nouvelle identit?© ?† chaque fois, un nouveau pincement au c?ìur, un ?©ternel recommencement‚Ķ

fuzi2

Pourquoi Ignorant Style ?

Parce que ?ßa remonte ?† l‚Äôenfance, ?† la spontan?©it?©, ?† l‚Äôinstinct et encore et toujours au fait de briser les r?®gles. Etre fier de ce que l‚Äôon me reproche, et se l‚Äôapproprier. Les graffeurs de l‚Äô?©poque ont pr?©f?©r?© ne voir dans ma peinture (et de celle d‚Äôautres de mon groupe) qu‚Äôun acte d‚Äôignorant, cachant par l?† m?™me leur propre ignorance, en disant que je ne savais pas peindre. Ca leur ?©vitait d‚Äôassumer la r?©alit?©, le fait que c‚Äô?©tait une d?©marche r?©fl?©chie : le fruit de mon obsession pour les premi?®res heures du graffiti new-yorkais, m?©lang?© ?† ma culture de banlieusard et de l‚Äôinfluence du style traditionnel vandal parisien. Un besoin de faire autrement, spontan?©ment, violemment, tout en s‚Äôappuyant sur les fondamentaux du graffiti : peindre son nom, de fa?ßon ill?©gale, sur les trains, les murs, le m?©tro.

Quelques pr?©cisions concernant ta culture de banlieusard‚Ķ

Quand je dis culture de banlieusard, je pense ?† des vandales d?©ferlant sur la capitale, avec comme destrier un gros double ?©tage orange d?©fonc?© de tags ?† la barrane. Je pense ?† l’omnipr?©sence de la ligne et de ses trains passant entre les immeubles. Je pense au temps pass?© dans ces int?©rieurs, sur ces banquettes lac?©r?©es, ?† surveiller la suge et les contr?¥leurs, puis ?† sortir son corps par les fen?™tres pour poser les tags les plus hauts. Je pense au dernier train qu‚Äôil ne faut surtout pas louper si tu ne veux pas passer une nuit blanche sur le boulevard. Je pense aux rigolades, aux joints fum?©s dans le dernier wagon, avec les amis. Je pense ?† tous ces moments que seuls les banlieusards vivent. A ?ßa et ?† bien plus , qui mis bout ?† bout forment une culture que tu ne peux comprendre qu‚Äôen la vivant.

Quelques pr?©cisions sur ta vision du style traditionnel vandal parisien ?

Chaque g?©n?©ration ?† ses r?©f?©rences, ses mythes, ses h?©ros. Ce que j‚Äôappelle “style traditionnel vandal parisien”, le terme, historiquement, est contestable ; c‚Äôest en gros l‚Äôensemble des gens qui m‚Äôont influenc?©. Nous sommes ?† la fin des ann?©es 80/d?©but 90. Je pense plus ?† des images, des endroits, des sensations… En vrac, la corio, les flops des TPM (Diaz Cleon‚Ķ), les fats caps ?©normes dans les rues des CMP (Smat, Here, Dreo…), les DKA, DKC, les places ?©ternelles des TBA (Kiser‚Ķ), les 93MC, Riden, les tags ?† la barrane sur les m?©tros des FG, DKG , VEP‚Ķles tags ma?Ætris?©s ?† la quinze, les voix f?©rr?©es de DOM …, les CAS, les CRS, Yank… Mao, des dizaines d‚Äôautres, les TCP, les stores d?©fonc?©s, les tunnels, les puces de Clignancourt, gare du Nord‚Ķ mon cerveau trop souvent enfum?© en oublie plein, c‚Äôest une ?©poque r?©volue que j‚Äôassimile ?† un “style traditionnel parisien”.

Tu es assez unique dans le milieu du graffiti. Comment d?©finis-tu ton style ? Le cultives-tu ?…

Mon style est le r?©sultat de mon parcours et de ma personnalit?© ; je ne le cultive pas, je le laisse s‚Äôexprimer. Il peut ?™tre vu comme simple ou na?Øf, mais je pense qu‚Äôil est avant tout brut, sinc?®re. Tu d?©testes ou tu adores, mais tu ne peux y ?™tre indiff?©rent. En fait y‚Äôa pas de triche ni de calcul, c‚Äôest juste moi.

Pourquoi avoir cr?©?© ton blog ?

J‚Äôai longtemps ?©t?© contre le fait de montrer mes tofs. Car ?† l‚Äô?©poque, il n‚Äôy avait pas d‚Äôinternet, et le seul m?©dia graffiti c‚Äô?©tait les fanzines. Toute une g?©n?©ration d‚Äôimposteurs se sont fait une r?©putation gr?¢ce ?† ces magazines, souvent cr?©?©s par eux. Je trouvais que l‚Äôon y perdait l‚Äôessence m?™me du graffiti. Je n‚Äôavais qu‚Äô?† sortir de chez moi pour voir qui ?©tait pr?©sent et surtout ressentir cette ambiance, d‚Äôun whole car qui arrive ?† St Laz ou d‚Äôun int?©rieur de petit gris ?©clat?© ?† la barranne. Rien ?† voir avec une tof cadr?©e s?©rr?©, pour cacher que ?ßa a ?©t?© peint en Normandie et pas sur la ligne. Donc j‚Äôai boycott?©, pr?©f?©rant ?™tre sur le terrain, (les trains en l‚Äôoccurrence). J‚Äôai gard?© mes archives, je n‚Äôavais rien ?† prouver, la r?©alit?©, t‚Äôavais qu‚Äô?† sortir pour la connaitre. Aujourd‚Äôhui, de l‚Äôeau a coul?©, de plus internet est incontournable et je suis totalement libre et ind?©pendant dans ma d?©marche, je montre et dis ce que je veux. J‚Äôy ai expos?© pas mal de tofs et aussi des textes ou j exprimai les valeurs et les id?©es qui me tiennent ?† c?ìur. J‚Äôai eu beaucoup de retours int?©ressants, d‚Äôautres plus rageux et les gens ont pu d?©couvrir mon vrai visage et une partie de mon parcours. J’ai pu aussi connaitre gr?¢ce ?† ce blog des gens qui valent et que je n‚Äôaurais pu croiser ailleurs. Mais je l‚Äôai aussi souvent stopp?©, effa?ßant tout. A l’instar du graffiti, je voulais que cela reste ?©ph?©m?®re car internet a aussi ces mauvais c?¥t?©s, notamment le fait que tout te tombe cuit dans le bec. L‚Äôacte est d?©valoris?©, tout ce qui se cache d‚Äôhumain derri?®re un train peint, l‚Äôaventure et les risques encourus sont balay?©s d‚Äôun clic de souris. Mais ceux qui en font vraiment ne peuvent l‚Äôoublier, c‚Äôest plus pour les “consommateurs ” et pour les rois de la discussion sur les forums que je dis ?ßa‚Ķ

 Continue the interview after the jump

fuzi3

Related posts

© LECTRICS. All Rights reserved

The team is composed of:
Izzy Wobster: CEO, Whatyouwrite: news/Twitter manager, A76: news/advertising/photography, Sauciflar: news, Supadope: news/photography
MADE BY DR SLASH
#