XCLUSIV INTERVIEW WITH PRO176 -COSMONOMETRY BOOK RELEASE

“Cosmonemtry” the book of Pro176 juste released. He is published by the very good Wated Talend publisher. We wanted to know more about how Pro manage to do this book and ask him some questions.

More information about the book and how to get yours HERE.

———————————————————-

Depuis quelques semaines, le livre de Pro176 “Cosmonometry” est sorti. Il est signé chez l’excellent éditeur français Wasted Talent. L’occasion était trop belle pour lui poser quelques questions et en savoir plus sur la réalisation de son bouquin.

Plus d’informations sur le livre est comment le commande ICI.

L’interview est à lire en français juste après la version anglaise.

——————————————————

Pro, can you tell us why you choose now to release your own book ?

It was the good time for me to get out « Cosmonometry », after 25 of graffiti practicing, to share with those who follow my work since long time, let them in a little more into my constellation.

The book is really huge: 256 pages. I can imagine that you should do some pictures selection. How did you do that selection?
It was indeed a very hard question about the pictures choice, I think I’d used more or less 30 percent of my whole production in it. The first version of the book was too much filled, too much scattered, it looked like a 256 magazine pages. It was very frustrating that we couldn’t put everything we wanted to, but in the same time, it’s better that I still hold a lot of archives!! My aim is to make more than a book in my life.
Making a book is a science, that demanding a rhythm, a good mix of pictures and texts, etc…So with my partner, whom I’ve worked with on this project, we have done a lot of researches, red and discovered a lot of books about painting, how to make a good lay-out, and then we outed the final result of « Cosmonometry » that you hold into your hands, it took us 2 working years.

IMG_7612 copy

As a good nostalgic of the VMD GT period of the early 2000s, I regret you didn’t put so much pieces of the St Ouen wall. Can you tell us why ?
As I told you before, everything is about a choice and how to make fit pictures in the lay-out, they are questions which I did not think at the beginning. At St Ouen, the wall was very length and when we were painted, we were twelve at the minimum, it was kinda like small jam. Jack Daniel’s was poured a lot and the skunk was mad tight…It was very difficult to make these walls fit in the size of this book, I didn’t want small pictures you need to watch through magnifying glass. But I reassure people, there is still classic walls of that period.

In the book, we can find sketches t-ups, hall of fame pieces and some trains. Is it important for you to show peoples all your skills?
The concept of the book is monograph, it goes back from my birth to now, and the vast of my capacities, I think that I had to show a little about my skills. A lot of people discovered me in 2000 or even after, I wanted to show them my genesis, where I’m from, who I hanged with or collaborate. There is also the gallery circle, that discovered me more recently, some of them don’t know about my debut in pure graffiti, that I’ve painted a lot of pieces in streets, or subways and trains.

The pictures of the book are on big format. You preferred quality to quantity?
Exactly, I’ve preferred quality to quantity, I think that people would get boring with so many pages if you not a real follower, and also for the eye pleasure, the picture size is consequent. I still have pictorial bullets that I havent used and that I keep for the continuation of my adventures. It wont be my only and unique book.

IMG_7626 copy

Cosmonometry presents your styles from different periods: from New-York style pieces to your actual graff machine style. Can you tell us wich style do you prefer ?

It’s about timing. I don’t have any preference, each style that I’ve explored; I did it with love for the letters, by living the thing to the most at each step of my evolution. I have strong New York bases and also, a 80’s parisian graffiti side. But the robotic style that I make today, I had it in mind since my debuts, when I opened up « Spraycan Art », there was a piece in L.A Section, with Crayone-s big Japanese mecha robots or Skki machines in Stalingrad, I thought that I had to master that style at my apogee!!
It surely has to do with the first movie I’ve ever seen in a theatre at age 7 « Tron »..

IMG_7615 copy

The end of the book is dedicated to your work on canvas. We got the impression that period (mostly 2009 to 2014) is as important than the one you painted in the hall of fame?
It is quite other approach, another size, another matter, another material, you have to redefine your style and return to zero on this another medium, compress what you have seen, lived, dreamt and put it out on a white canvas, with a clear direction to add to it!!!
As you can see in y book, I ve started my work into a studio beginning 2000, but I was training then, to cook a style to get some original savor, there are some of this canvas in it. Nowadays, I find same pleasure to paint into my studio as on walls, for sure, it’s 2 different things but the feelings are not so distant. For example, I have exactly the same feeling when I finish a canvas or a wall, I take my time to step back and analyze it. In the gallery circle, I think I bring out a innovative style, a comics inspiration which I knew how to develop, not just a basic work of duplicate the characters, but to get them to abstracts forms, deform, liquefy or stretch out as my « Astromorphings ».

IMG_7629 copy

Jay, Diska, Mode2 but also Ket, Cope and Skeme wirte some words about yo. Was it important for you to get the impression of your partners but also peoples that incluence you?
I choose the speakers regarding the relationship I had with them, and that to my eyes, they represent graffiti as my way, the one that forge me and made me dream. It was an honor to have an artist as Mode 2 for the introduction, or Jay 1, Dize, Ces1, Oeno, Babs, Nomad  and even more inside.

By leafing through Cosmonometry, what do you think about ?
A lot of sweat, work, determination, sacrifices on my route. I spend almost all my life to think about graffiti and paintings. If I had to make it again, I would re-sign with no hesitation. The passion I have for that discipline brings me where I am today.
I also made this book, to partially pass the torch to the youngers, into style matter and share with them love of graffiti well done, a little bit the way I’ve discovered it.

—————————————————-
VERSION FRANCAISE

Pro, peux-tu nous dire pourquoi tu décides maintenant de sortir ton livre ?
C’étais un moment propice à mes yeux de sortir Cosmonometry pour mes 25 ans de graffiti et de faire profiter à ceux qui suivent mon travail depuis longtemps de rentrer un peu plus dans ma constellation.

Le livre est extrêmement complet : 255 pages. Tu as du tout de même faire un tri important. Comment s’est déroulée la sélection des photos ?
Ce fut une question très dure le choix des photos en effet. Je pense que j’ai utilisé à peu près 30% de ma production dans ce livre. Au début, la première version du livre était trop remplit beaucoup trop éparpiller, on aurait dit un énorme magazine de 256 pages. C’est très frustrant de ne pas pouvoir mettre tout ce qu’on voudrait mettre mais en même temps c’est très bien je garde au chaud encore plein d’archives. Je ne compte pas faire qu’un seul livre sur mon travail.
Faire un livre c’est une science, ça demande du rythme, un bon dosage de photos et de textes etc…L’associé avec qui j’ai bossé sur ce projet et moi nous sommes vraiment plongés à lire et découvrir de nombreux ouvrages sur la peinture, étudier comment une bonne mise en page se faisait et c’est à partir de la que l’on a reformaté Cosmonometry pour arriver au résultat final que tu as entre les mains. Ca nous a pris 2 ans de travail.

IMG_7625 copy

En bon nostalgique de l’époque VMD, GT du début des années 2000, je regrette qu’il y ai peu de pièces de la période St Ouen. Comment cela se fait-il ?
Comme je te le disais, tout est une question de choix et notamment la manière dont les photos rentrent dans la mise en page. Ce sont des problèmes auxquelles je ne pensais pas au début de l’aventure. A St Ouen, le problème qui se posait c’était le fait que le mur était très long et que lorsqu’on se retrouvait pour peindre là-bas on était au minimum une bonne douzaine. En fait, c’étais comme des mini jam. Le Jack Daniel coulait à flow et la skunk était à point …
C’étais très dure à faire rentrer ces bandes dans le format du livre et je ne voulais pas de photos toutes petites où pour voir il faut une loupe. Mais je rassure les gens il y a quand même des pièces classiques de cette époque.

IMG_7619 copy

Dans le livre on retrouve tout. Sketch, t-ups, pièces en terrain, quelques trains aussi. C’est important pour toi de montrer l’étendu de tes capacités ?
Le concept de cet ouvrage est d’être une monographie qui traite de ma vie et de ce que je sais faire depuis ma naissance à maintenant. Je devais montrer un peu tout mon champ d’action. Beaucoup de jeunes m’ont découvert en 2000 ou même plus tard. Je voulais leur montrer ma genèse ,d’où je viens et avec qui j’ai pu trainer ou collaborer. Il y a aussi le monde des galeries qui ma découvert plus récemment. Certain ne connaissant pas mes débuts et le fait que je viens du graffiti pure, que j’ai peins beaucoup de stores dans la rue, des métros et des trains.

IMG_7628 copy

Les photos du livre sont de grandes tailles et c’est appréciable. Tu as préféré la qualité à la quantité ?
Exactement. J’ai préféré la qualité. Sinon je pense que le public se serait lassé de voir toutes mes pièces sur un nombre aussi conséquent de pages et puis cela me laisse encore des cartouches visuelles au frais que je garde pour la suite de mon aventure. Ce ne sera pas mon seul et unique livre !

IMG_7624 copy

Cosmonometry, passe en revu tout tes styles d’une déjà longue carrière. Du pure New-Yorkais des débuts à un style de graff machine d’aujourd’hui, qu’elle est finalement le style que tu préfères?
C’est une histoire de timing . Je n’ai pas de préférences. Chaque style que j’ai exploré, je l’ai fait avec l’amour de la lettre, en vivant la chose a fond à chaque étape de mon évolution .J’ai des bases new-yorkaises fortes et aussi un coté graffiti parisien 80’s. Mais le style robotique que j’ai aujourd’hui je l’avais en tête depuis mes débuts. Lorsque j’ai ouvert Spraycan Art ,il y avait une pièce de Crayone dans la partie Los Angeles avec des gros robots mecha japonais. Il y avait aussi les machines de SKKI à Stalingrad. Je me disais petit qu’à mon apogée il faudrait que je maitrise ce style. Et puis surement que l’impact du premier film que j’ai vue au cinéma a 7ans « Tron » n’y ai pas pour rien également.

IMG_7616 copy

Toute la fin du livre est dédiée à ton travail sur toile. On a l’impression que cette période (2009-2014) est aussi importante que tes dernières années à peindre les terrains vagues ?
C’est une toute autre approche, un autre format, une autre matière, un autre matériel. Il faut redéfinir son style et repartir à zéro sur ce nouveau medium. Compresser ce que tu as vu, vécu, rêvé et le relâcher sur une toile blanche. En plus, tout ça doit avoir du sens.
Comme tu peux le découvrir dans mon livre j’ai commencé mon travail en atelier au début des années 2000. Je le faisais de manière à me familiariser, à cuisiner un style pour qu’il ait une certaine saveur originale. Tu peux d’ailleurs retrouver certaines toiles de cette période dans l’ouvrage. De nos jours, je trouve autant de plaisir à peindre dans mon atelier que sur mur. Certes ce sont deux choses différentes mais les sensations ne sont pas si éloignées. Je retrouve par exemple le même feeling quand je termine une toile ou un mur: je prend quelques pas de recul et je prend mon temps pour l’analyser.
Dans le monde des galeries, je pense avoir apporter un style novateur. Notamment par mon inspiration comics que j’ai su faire évoluer en les emmenant mes personnages vers des formes abstraites, déformées, liquéfiées ou allongées comme mes astromorphings .

IMG_7621 copy

On retrouve dans le livre des témoignages de writers comme Jay, Diksa, Mode2 mais aussi Ket1, Cope et Skeme entre autre. Dans ce livre était-ce important pour toi d’avoir la vision de tes partenaires de peintures et des gens qui ont pu t’influencer ?
J’ai choisi les intervenants en fonction des relations que j’avais avec eux et le fait qu’à mes yeux ils représentent le graffiti comme je l’entend, celui qui ma forgé et fais rêvé. C’est un honneur d’avoir un artiste comme Mode2 pour l’intro ou bien des writers comme Jay1,Dize, Ces1, Oeno, Babs, Nomad et bien d’autres.

IMG_7617 copy

En feuilletant ce livre qui retrace toute ta vie de writers, tu penses à quoi ?
Beaucoup de sueur ,de travail, de détermination, de sacrifices. J’ai passé pratiquement toute ma vie à penser graffiti et peinture. Si je devais recommencer je re-signerais sans hésiter. La passion que j ai pour cette discipline ma amené où je suis aujourd’hui.
J’ai fait cette ouvrage en partie aussi pour transmettre le flambeau au plus jeunes en matière de style et leur donner le goût pour l’amour du graffiti bien travaillé ,un peu à la manière avec laquelle j ai découvert cet art.

 

 

 

 

Related posts

© LECTRICS. All Rights reserved

The team is composed of:
Izzy Wobster: CEO, Whatyouwrite: news/Twitter manager, A76: news/advertising/photography, Sauciflar: news, Supadope: news/photography
MADE BY DR SLASH
#