WEB – OPENFILES76 – french 2000′s archives – Aple76 interview

Aple76 just launched a new blog untitled “Openfiles76 where he posted archives cumullated since more than 15 years. The website get absorbed in the 2000′s graffiti and show us some visual nuggets! We wanted to know more about his motivation and ask him to answers some questions.

Discovers the Openfiles76 website HERE.

————————————————————————————————————————–

Aple76 vient de lancer un nouveau blog intitulé “Openfiles76″ dans lequel il publie ses archives photographiques qu’il a accumulé depuis plus de 15 ans. Le site nous plonge dans  le graffiti des années 2000 et nous propose quelques pépites visuelles ! Nous avons voulu en savoir plus sur ses motivations et lui avons posé quelques questions. Interview en français ci-après.

Découvrez le site Openfiles76 ICI.

[nggallery id=251]

Pest  P19 – Cooler MD – Poch – Turn – Seb – Gorey – Supe FMK – Gorey – Lokiss – Psy 156 – Kongo MAC- Serp ASG – Serval – Psy – Jaye ELM – Scien

Mode 2

———————————————————————————————————-

Aple you just launched a new blog focused on graffiti pictures. Can you tell us about the content ?

Actually, it’s a graffiti picture archive blog. Those last years, I spent a lot of time to scan old films and send dropbox link to some friends that were concerned by the pictures taken on events  or meetings. Among of that mass of pictures lots of them related by graffiti in the street or hall of fame and it was frustrating to save this on a hard disc, and then forget about it. People say that if you upload stuff on Internet it will last forever. I thought about it and liked the idea. It’s all about archives and stories to share with the world, but first of all to share with friends.  The stuffs are available online for free and with some keywords in order to find easily where, who, when it was done, of course when I have the information. And then everybody who is interested in these archives can benefit from it. The idea of this website is to freeze that part of graffiti history. It’s a positive thing especially when it will be possible to find them in 200 years or more or when it can be read as book about Renaissance art for example or like a rare edition but on the web.

Your website contains pictures of many writers. At that time when you went to Jams, did you take pictures of every pieces ?

I’va always been into graffiti. So once I got my camera back in 1998/99 (thanks 3DSs), I keept shooting everything when I had it with me. That was that simple. I enjoyed taking pictures, but I didn’t get what photography meant as an a art. I archived, and that was it. Or I took pictures of materials to re-use them to work on my computer, which I never did… but I kept doing it. As a result, I obviously took pictures of my friends, painting, of our pieces to work on collages afterwards, like everyone did, and as a tourist would have done. I had no real purpose in the beginning. It became more instense when I began to participate in the Graff it! fanzine. I shot photos for me, but also for the fanzine. I was part of something, and I liked that feeling.

JayOne BBC

Photography has been your passion for years. Feels like it’s slowly overriding your first passion, graffiti?

Actually, back in 2005, we went with O.J. to shoot AKA special issue about Berlin (Editor’s note: AKA was a Graff it! special issue). We spent 10 days relentlessly taking pictures, 8 hours a day, walking through the city, from north to south. I had my Coolpix 5000 and my F801 around my waistline. We shot like robots, each one on a sidewalk, with our ipods on our ears. And then, I sait to myself “damn it, that’s cool stuff!” I have always liked magazines, photography, without even thinking I could participate in. And then, I started cogitating and try to get equipments. At the same time, I was settling down, had a real job. Things began to change. Less time for painting / the will not to live on benefit / steadier affairs… before leaving Paris, I was close to Belleville, worked in the Pigalle area. I took pictures of the rooftops my buddies would do on line 2. I was simply happy. I was hanging around town like a tourist, and I took pictures of trucks, tags, awnings. Photography is another way to open up to the world, and I had a place I’d always loved, being an observer. Contemplating/freezing. And the more I worked, the less I painted. In my job, I happened to have to take pictures, and then, it never stopped. I learnt, renewed, experimented as I had done in graffiti. But as I refuse to paint shitty pieces, I got more demanding. It’s hard for me to go painting every sunday like some people would go fishing, but that is no news…

What do you reserve us for the updates to come ?

For the moment, I uploaded pictures from 1999 and 2000 (Brest and Niort jam for example. It was important meetings for me at that time, where I meet great peoples). Recently  I scanned the jam of Eindhoven where I went 3 times in a row for the Planet Rock event. I liked many stuff there, particulary the SOL crew and many graphic murals painted in the city. I also planed to upload pictures of Marseille, Grenoble, Partis (again), Avignon, Nior, Berlin (of course!), Troyes where I lived there, and Reims where I grew up with my neighborhood friends. In Reims, I also take the new generation in pictures.

Aple you are in the Lectrics team. Did you plan to put aside some pictures for articles to come ?

Go fuck yourself hehe…ah I’m just kidding! Yes, I will check it…maybe the SOL crew…it change from what we see now and they have killer style.

[nggallery id=252]

———————————————————————————————————-

Aple tu viens de lancer un nouveau blog de photo. Tu peux nous parler de son contenu ?

En fait, c’est un blog d’archives photographiques sur le graffiti. Ces derniers temps, je passais beaucoup de temps à scanner des vieux films, et je commençais à faire des liens sur dropbox à mes amis qui étaient concernés par tels ou tels événements, rencontres, et autres, autour du graffiti. J’ai dans tout ça beaucoup de choses prises dans la rue, dans des terrains … Et c’était un peu frustrant de tout mettre dans un disque dur, et tout oublier. On dit que lorsque tu mets des choses sur internet, c’est pour la vie. Cette idée m’a plu en réfléchissant à quoi faire de tout ça. Ce sont des archives, des histoires à partager, et c’était en premier lieu une façon de pouvoir les partager avec mes amis. C’est disponible « online », gratuit et avec un des mots clés pour retrouver avec qui, où et quand ces photos ont été prisent … quand j’ai ces informations évidemment. Et puis après ça fait profiter les gens que ça interesse. L’idée que cela reste, et fige une (petite) partie de l’histoire du graffiti, c’est un truc positif, surtout que cela pourra vivre dans le temps, être vu dans 200 ans et plus, être survolé comme un livre sur l’Art de la Renaissance par exemple, ou comme une petite édition rare… mais sur le web.

Le site contient des photos de pleins de gens. A l’époque quand tu bougeais dans les Jam, tu prenais tout en photo ?

J’ai toujours aimé le graffiti. Alors quand j’ai eu mon appareil en 1998/99 (merci les 3DS), je shootais tout ce que je voyais quand je l’avais avec moi. C’était aussi simple que ça. J’aimais faire des photos, mais la photographie ne s’était pas encore révélée à moi. J’archivais. Point. Parfois, je faisais des photos de matières graphiques dans le but de les ré utiliser pour des compos sur ordi, que je n’ai jamais faites d’ailleurs. Mais j’ai continué à shooter. Donc du coup, évidement, je prenais mes potes en photo, en train de peindre, ains que nos pièces pour faire les bandes après, comme tout le monde ou comme un touriste aussi. Au début, il n’y avait pas vraiment de finalité . C’est devenu plus soutenu quand j’ai participé au fanzine Graff It! Je prenais les photos pour moi, mais aussi pour le fanzine. Je participais à quelque chose, ça me plaisait.

Bres – Cooler – Mars

La photographie c’est ta passion depuis des années. J’ai l’impression qu’elle commence même à prendre le pas sur ta première passion, le graffiti ?

En 2005 , on est parti avec O.J. faire le spécial AKA à Berlin (NDLR: magazine hors série de Graff it). On a passé 10 jours à faire des photos non stop, 8h par jour en traversant la ville à pied, du nord au sud. J’avais mon coolpix 5000 et mon F801 autour de la taille. On prenait tout en photo comme des robots, chacun sur un trottoir, avec nos ipods dans les oreilles. Et là, je me suis dit « merde, c’est cool ». J’ai toujours aimé les magazines et la photographie, sans jamais me dire que je pouvais en faire. Et puis là, j’ai commencé à cogiter et essayé de choper des appareils. Parallèlement à ça, j’ai commencé à me sédentariser avec un travail. Il y a eu un effet de bascule. Moins de temps pour peindre et pas envie de vivre en assisté. J’ai aussi eu des relations sentimentales un peu plus stables … Les derniers temps sur Paris, j’étais à coté de Belleville, je bossais vers Pigalle et prenais en photo les rooftops de mes potes sur la ligne 2. J’étais bêtement content. Je trainais aussi en ville comme un touriste, et je prenais des camions, tags, stores… La photographie, c’est une autre façon de s’ouvrir au monde, et prendre une place qui m’a toujours plus, celui d’observateur. Contempler / Figer. La vie a fait que je travaillais de plus en plus, du coup je peignais de moins en moins. Je me suis « posé »… Dans mon taf, je suis amené à faire des photos, et voilà, ça ne s’arrête plus. J’apprend, renouvelle, expérimente comme je l’ai fait avec le Graffiti. Je ne le met pas de coté, je me laisse entrainer quand c’est possible. Mais comme j’ai pas envie de peindre des merdes ou des routines, je suis beaucoup plus chiant et exigeant. J’ai toujours du mal aussi à peindre comme si j’allais à la pêche dudimanche, mais ça, ce n’est pas nouveau.

Qu’est-ce que tu nous réserve pour les prochaines mises à jour ?

Pour l’instant, j’ai mis du 1999 et 2000 (avec les jams de Brest et Niort par exemple, qui ont été pour moi très important, avec de très bonnes rencontres). Donc ça laisse une belle marge. J’ai scanné dernièrement du Eindhoven, où je suis allé 3 ans de suite pour Planet Rock. Il y a pas mal de choses qui m’ont plu là bas, notamment le  SOL crew qui ont réalisés de superbes murs très graphiques en  pleine ville . J’ai prévu de montrer des photos de Marseille, Grenoble, Paris (encore), Avignon, Niort, Berlin (évidemment), Troyes où j’ai passé quelques années, Reims où j’ai grandi avec mes amis locaux et « mes jeunes » qui ont pris le relais.

Aple, tu es dans l’équipe Lectrics. Tu nous met quelques photos de côté pour un prochain article ?

Va chier mec eheh … ah je rigole ! … oueh oueh, je vais regarder ça… peut être le SOL crew justement… ça change et ça tue.


Related posts

© LECTRICS. All Rights reserved

The team is composed of:
Izzy Wobster: CEO, Whatyouwrite: news/Twitter manager, A76: news/advertising/photography, Sauciflar: news, Supadope: news/photography
MADE BY DR SLASH
#