INTERVIEW – SIN – OBS CREW

 

IMG_1879

About 5 years ago we present you the work of a writer that was already at that time very different from what we can found in the streets of our cities. Today, it’s under the name SIN that we propose you to rediscover the art of this talented Berlin native writer. Far away from the mainstream graffiti that propose the graffiti media, SIN is looking for a letters style research and know how to be where we are not waiting for. An interview that passionate us and that we share it with you !

———————————————————————————–

Il y a déjà 5 ans nous vous présentions le travail d’un writer qui était déjà à l’époque bien différent de ce que l’on pouvait voir dans les rues de nos villes. Aujourd’hui c’est sous le nom de SIN que nous vous proposons de redécouvrir le talent plus que certain de ce Berlinois. Bien loin du graffiti mainstream que l’on nous propose aujourd’hui à travers les média graffiti, SIN se veut être un writer en constante recherche qui sait être là où on ne l’attend pas. Un entretien plein de bon sens qui nous a passionné. On vous en fait profiter !

INTERVIEW EN FRANCAIS EN DESSOUS DE LA VERSION ANGLAISE

1

LECTRICS: Can you please introduce yourself for the readers that don’t know you? (The classic question…name, crew, where are you coming from etc…)
SIN ONE: I’m writing Sin One, member of the OBS Crew from Berlin. Actually I started Graffiti because of OBS pieces and especially Asom who did great pieces. So for me it’s the best home I could imagine. So I guess I’m writing Letters since 1996 more or less constantly but not every day or even week, if I had do so I would be way better and you would have all been fucked. Seriously, I don’t want graffiti to be the biggest part of my life, having all graffiti friends, doing all graffiti talks. When I was younger and speaking like this people where like ‘nah, that’s not real, you have to be a full time bomber bla’. But these people nowadays stopped kind of (or are kind of trapped in this graffiti-cosmos which is a kind of stopping too I guess) and I think I will be writing for a long time, It’s just a sideline of my story which I love to follow.

LECTRICS: Your letters are really innovative and you relentlessly look for something different. How do you manage to find new shapes for your letters for each of your pieces?
SIN ONE : Thanks for that, but I wouldn’t say that I’m that innovative. I mean, of course I’m more innovative than Can 2 when it comes to new letter shapes but there are so many good writers, especially in cities like Berlin. And mentioning Berlin – I always had the feeling that the styles from big cities like Berlin or Paris always had more power and aggressiveness then the styles from the countryside (of course there are exceptions, but for instance the same is true for music as well). I guess for me personally there are different reasons: when I was younger I had a massive influence by Angry/OBS or, let’s say not an influence, some pieces I did just looked like a bad copy of his styles. Which is no shame cause he is still influencing a lot of writers, but as I was slowly realizing that fact I tried to do something different without denying my roots (this ‘denying my roots’ is pretty important to me because there are a lot of writers out there who start with classic graffiti, grew older and then start doing ‘art’ or whatever they think art is. But art is not to stop writing letters and start drawing characters or throwing your paint on a wall. Art is if you manage to find the core of your style) and this leads to another point: I guess I unfortunately get influenced pretty fast. That’s why I’m trying not to look at other pieces that much (which is pretty much impossible but at least I try to). It might sound funny but there is one writer I really like to bite and that’s me. When I’m going through my pictures I always find something I like, be it some background designs, color schemes, arrows or letter shapes. As I’m always doing everything freestyle I’m sometimes surprised by myself because I forgot that I did this or that kind of stuff and then I try to bring this specific element to a new level. But it’s not only about analyzing your stuff: to me graffiti is to find that balance between let go and to think about it, between just doing it and reflecting your stuff. And saying this I don’t mean only the letters I try to develop, the aim is to develop an own style in everything – of course the letters but also styles, color schemes, tags, backgrounds, characters et cetera. In Berlin there are a lot of people Who talk that ‘real style doesn’t need colors’-blabla and there was a time I believed that too. But my crewmate Nomad once told me that he had an conversation with Poet who told him that a real king is mastering everything – letters, colors, characters, tags, t-ups. And I totally agree with that statement. So mastering every element means to find your own approach for doing graffiti. That if somebody looks at your piece and can’t read anything he still knows that it’s done by you. Or if somebody else did the outlines and you only did the fill in people still recognize your fill-in style. I think you get it. From my point of view lately the guys around Horphe and PAL managed it to find something new and recognizable.

DSC07360b

LECTRICS :If I get you right what really matter for you is to have a unique and recognizable style. Can this mess up with your choices and influence your painting?
SIN ONE: Good question actually. Of course my main goal is to develop a unique and recognizable style in every possible aspect you could think of. But that doesn’t mean I’m trying to do everything in a total different way, I still see myself as a classical graffiti writer referring to the aesthetics of classical graffiti writing. I hate it when writers do these 180° turns in their careers and start to write triangles and shit. A cobbler should stick to his last. I think, although I’m trying to avoid it, I get influenced a lot, for example when it comes to color combinations. And I think that’s good, especially when you then push stuff further others found out. I mean if you would reinvent everything that was done before for yourself (like “mhm, bubbles seem to be a nice form, let’s see how it looks in the background”) it would cost you hundreds of years. And as long as there is something personal in it I’m totally cool with it. Otherwise I would also consequently have to dislike sample-based music. Funny story is that when I was a toy I tried to avoid biting a style by copying it out of my memory: I was staring at a Dane piece in the book Spray City Berlin (which was pretty influencing to me) for like ten minutes or so and then closed the book and tried to sketch exactly that style with my own letters. Back then I called it ‘getting influenced’ nowadays I would say ‘biting at it’s best’.

LECTRICS: Your pieces are often complex and elaborate including letters, possible characters, abstract forms and handstyles in the foreground. How did you end up with that kind of arrangement that is your trademark?
SIN ONE: One possible reason is that I really like graffiti and its ‘fuck off’-attitude. I mean graffiti is free or at least it should be (unfortunately like every subculture graffiti too reflects society so there are a lot of people who try to establish rules) so if I want to do 3D’s in every direction I’m doing it; if I want to do tags all over my letters I’m doing it; if I’m bored to do one specific design around my whole piece I simply leave it and do something else. And if I have no idea how to do a cool character but have fun doing it guess what will happen? For sure, I will do it. The thing with the tags for example is, that although I know that I’m not the best when it comes to handstyles, I really love tagging. Unfortunately I’m not painting illegal anymore so I simply had to integrate it in my hall pieces. And I really like that aesthetic of bombed subway cars with t-ups and tags allover inside and outside and I have the feeling that my hall pieces should refer to that aesthetic and transport that ‘fuck off’ attitude mentioned above. The problem is that its environment influences every piece by a huge part (we all know that ‘imagine that on a train, man!’) and hall pieces often don’t have that cool environment – so you have to find other ways to transport the flavor you would like to achieve. I never want to be part of that group of writers who are technically perfect but lost all of the flavor they had when they started. Even when I’m doing a six-days-hall-piece (what I never did but just to emphasize this) I want people to recognize by my lines that I could still kill them in a tag or t-up battle. Another reason for the complexity you mentioned is that I want to try to treat a hall graffiti like a ‘real’ painting. That means that you ignore classic orders of events like first lines – fill-in – background – outlines but simply start with whatever you want so that in the end for example you can’t make a clear distinction about what’s fill-in and what’s background. There should not be outline, 3D, second line and stuff, in the end it should simply be painting. One time I had the opportunity to observe Smash137 doing a piece and he was starting with the fill in without any firstline – that’s exactly what I mean I would like to achieve.

IMG_4493

LECTRICS : As you said most writers are using the same piecing process (first fill-in, then background, then outlines). It’s in most of the time for the sake of cleanness and as a consequence of readability. Is cleanness a significant criterion in the way you paint?
SIN ONE: No. Simply. I’m from Berlin; cleanliness has never been a criteria for a good piece. Drips, rough fill-ins – I don’t care. Cleanliness for me is more like your lines have to be steady. If they are shaky or one can see that you had to redo them a hundred times you can cut your corners and edges like you want, it’s still not dope to me. Graffiti is not a beauty contest.

LECTRICS : You are one of those people whose lettering can’t be read easily. Did it already occur to you that it would lead some writers to totally miss your style because they don’t hold the key to read your letters?
SIN ONE: That’s an important question. And yes it matters to me. In the past I often heard something like ‘yeah, looks interesting, nice colors…’ but nothing about the letters, which is bad because I always put a lot of effort in shaping them. I guess that happened because I always used a lot of colors and didn’t made a difference between fill-ins and backgrounds. Due to that I started to do only-white fill-ins and be trying to find other ways to connect everything. For example right now I am experimenting with tinctures with a lot of water, which I’m painting over all at the end. Looks nice but always feels like you would cross out your own piece in the end. I really like how Bus126 or Cost IND are capable to make their pieces look like one big painting with no straight separation between fill-in and background. Unfortunately biting is not an option so I guess I have to go on and find my way.

IMG_4620

LECTRICS: No worries it seems you take a good way! Anything you want to add on this interview?
SIN ONE: Shout out to every single person of my team! We just celebrated our 20th anniversary and it was a blast. We were painting a huge wall together and there I once again realized what really makes this crew unique compared to others: we all have different styles. I mean there are crews known for this style, known for that style but everybody of the Outbreaks, from Emir to Kube to Planet to Nomad to Shake to everybody else just totally has a style of his own. That’s outstanding I guess. So love to the whole OBS gang and everybody else who is down with me. Keep up the good work and stay focused. Yo!

———————————————————————————————————–

INTERVIEW EN FRANCAIS

001b

LECTRICS: Est-ce que tu peux te présenter brièvement pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ?
SIN ONE: Je peins Sin One et suis membre du OBS crew de Berlin. Je me suis mis au graffiti en voyant les pièces des OBS justement. Spécialement celles de Asom qui étaient vraiment dingues. Donc pour moi aujourd’hui je suis dans la meilleure équipe que je puisse imaginer. Je peins de manière régulière depuis 1996 mais pas forcément tous les jours ou toutes les semaines sinon je serais bien meilleur et je vous aurais déjà tous mis à l’amende.
Plus sérieusement, je ne veux pas que le graffiti prenne toute la place dans ma vie, avoir uniquement des potes issus de ce milieu et ne parler que de ça. Quand j’étais plus jeune et que je racontais ça justement on me répondait que ce n’était pas “real” et que ça devait être un job à plein temps…Mais aujourd’hui ces mêmes personnes ont arrêté ou sont piégées dans le “graffiti-cosmos” ce qui pour moi est la même chose. Je pense que je continuerai à peindre pendant encore longtemps. Le graffiti est une des lignes de mon histoire que je kiffe suivre.

LECTRICS : Tes lettres sont ultra novatrices et tu te renouvelles constamment. Comment fais-tu pour trouver de nouvelles formes de lettres à chacune de tes pièces ?
SIN ONE: Merci pour ce compliment mais je ne dirais pas que je suis innovant. Je veux dire par là que évidemment je suis plus innovant que Can2 quand on parle de formes de lettres mais il y a déjà tellement de bon writers dans la partie et spécialement dans une ville comme Berlin. Je te parle de ma ville car j’ai toujours eu l’impression que les styles de capitales comme Berlin ou Paris ont plus de puissance et d’agressivité que les villes de province. Il y a des exceptions mais dans l’ensemble ça se confirme. D’ailleurs tu retrouves la même chose dans la musique.
Je pense que pour moi il y a différentes raisons à ma recherche de lettres: quand j’étais plus jeune j’ai été très influencé par Angry/OBS. On ne peut même pas dire influencé. En fait, les pièces que je réalisais étaient de simples mauvaises copies de ses lettrages. Ce qui n’est pas une honte puisqu’il continue à influencer de nombreux writers. J’ai ensuite commencé à me rendre compte qu’il fallait essayer de faire quelque chose de différent sans renier mes racines (Le fait de ne pas renier mes racines est quelque chose d’important pour moi parce qu’il y a plein de writers qui commencent à faire du graffiti et puis avec le temps se mettent à faire de l’art où ce qu’il pense en être. L’art ce n’est pas forcement s’arrêter de faire des lettrages et se mettre à faire des persos ou jeter de la peinture sur un mur. L’art c’est réussir à trouver l’essence de son style).
Ce qui m’amène à un autre point: j’ai été malheureusement influencé très tôt. C’est pour cela que maintenant j’essaye de ne pas trop regarder ce qui se fait (ce qui est quasiment impossible mais au moins j’essaye).
Cela peut sembler marrant mais il y a une personne que j’aime pomper : c’est moi. Quand je regarde les photos de mes pièces je trouve toujours un truc que j’aime bien. Cela peut être des formes dans le fond, une combinaison de couleurs, des flèches ou des formes de lettres. Et comme je peins toujours en freestyle, je me surprends moi-même en redécouvrant des trucs que j’avais oublié et que je vais essayer de pousser plus loin.
Mais bon, le graffiti ce n’est pas que de l’analyse. Pour moi le graffiti c’est trouver le juste milieu entre “vas-y” et “réfléchis”, entre faire les choses et les penser. Et quand je dis cela, je ne pense pas qu’au lettrage mais à tout : que ce soit les combos de couleurs, les tags, le fond, les persos etc. A Berlin, il y a un tas de gens qui pensent que le vrai graffiti n’a pas besoin de couleurs. A une époque j’y ai cru moi aussi. Mais mon pote Nomad m’a raconté une conversation qu’il a eu avec Poet et qui disait qu’un vrai “king” devait tout maitriser: lettre, tag, couleur, perso, throw-up. Et je suis complétement d’accord avec ça. Maitriser tous les éléments te permet de trouver ta propre approche du graffiti. Et que lorsque quelqu’un regarde ta pièce et n’arrive pas à la lire, il reconnait tout de même qui la réalisée. Ou si quelqu’un s’occupe des contours et que tu as géré l’intérieur, les gens reconnaissent que c’est toi qui as peint les lettres. De mon point de vue les gars autour d’Horphé et des PAL ont trouvé quelque chose de nouveau et de reconnaissable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

LECTRICS: Si je comprends bien ce qui est essentiel pour toi, c’est de marquer ton époque avec un style unique et identifiable. Est-ce que cette volonté d’imprimer ta patte, peut altérer tes choix et la façon dont tu peins ?
Bonne question. Evidemment mon objectif est de développer un style unique et identifiable dans tous ces aspects. Mais cela ne veut pas dire que je fais tout d’une manière totalement différente. Je continue à me voir comme un writer classique qui se réfère à une esthétique classique du graffiti. Même si j’essaye de l’éviter, je pense que je suis fortement influencé, notamment lorsqu’il s’agit des combinaisons de couleurs. Etre influencé est quelque chose de plutôt sain, particulièrement quand tu pousses le truc plus loin pour faire de nouvelles découvertes. Je veux dire que si tu voulais réinventer tout qui a été fait avant toi ça prendrait des centaines d’années (comme “Mhhh, ces bulles sont plutôt cool, voyons de quoi ça a l’air si j’en met dans le fond”). Et tant qu’il y a quelque chose de personnel dans ce que tu fais je suis totalement ok avec ça. Autrement je devrais détester toutes les musiques à base de sample.
Quand j’étais un toy j’essayais de recopier de mémoire des lettrages : je me rappelle que je regardais fixement pendant 10 minutes une pièce de Dane dans le livre Spray City (qui m’a beaucoup influencé). Je fermais le bouquin et j’essayais de refaire exactement le même style mais avec mes propres lettres. A l’époque j’appelais ça « être influencé » aujourd’hui j’appellerais ça « pomper comme un malade ».

xxx copy

LECTRICS : Tes pièces sont souvent assez complexes et travaillées avec un lettrage, d’éventuels perso, des formes abstraites et des tags qui viennent se poser au-dessus. Comment tu es arrivé à ce genre de composition qui fait ta marque de fabrique ?
SIN ONE : Une des raison pour laquelle je fais ce genre de compo et que j’aime le côté « à la chie d’dans » du graffiti. Ce que je veux dire, c’est que le graffiti est libre ou devrait l’être (malheureusement comme toutes les sous-cultures, le graffiti reflète la société et tu trouveras toujours des gens pour y établir des règles). Donc si je veux faire une 3D qui va dans tout les sens, je le fais ; si je veux taguer par-dessus mes lettres, je le fais; si ça me saoule de faire une forme particulière autour de ma pièce, j’arrête et je fais autre chose. Et si je ne sais pas faire de perso mais que ça me plait de le faire, devine quoi ? Je le fais.
Par rapport au tag sur mes pièces, je t’avoue que je ne suis pas le meilleur tagueur qui soit mais j’adore ça. Et malheureusement je ne fais plus d’illégal. Taguer sur mes lettres, c’est ma manière d’intégrer du vandale dans mes pièces de terrain. J’ajouterais que j’adore cette esthétique du métro complétement recouvert de t-ups et de tags sur les intérieurs et les extérieurs. J’ai le sentiment que mes pièces doivent se référer à cette attitude à la « chie d’dans » dont je te parlais. Le problème est que chaque pièce est pour une bonne part influencée par son environnement et son support (on connaît tous le « imagine ça sur un train, mec ! ») et que les pièces en terrain n’ont pas forcement d’environnement si cool que ça. Donc je trouve une manière de transporter cette vibe que je veux insuffler à ma pièce.
Je n’ai jamais voulu faire partie de ce groupe de writers qui ont une technique proche de la perfection mais qui ont tout perdu de l’énergie de leur début. Même si je peins un mur en six jours (ce que je n’ai jamais fait mais poussons l’argumentation à l’extrême), je veux que les gens reconnaissent dans les traits que je peux les tuer dans un battle de tag ou de t-ups.
Il y a une également une autre raison à cette complexité dont tu parles : j’essaye de traiter une pièce en terrain comme une « vraie » peinture. Ce qui signifie que tu oublies l’ordre classique qui consiste à tracer ton lettrage, remplir, faire ton fond et enfin finir par ton contour. Tu peux commencer par ce que tu veux jusqu’à ce qu’à la fin on sache plus vraiment ce qui est ton remplissage et ce qui est ton fond. Au final il ne devrait pas y avoir de contour, 3D, double contour et tous ces trucs. Mais, juste une peinture. Je me souviens avoir eu la chance d’observer Smash137 en train de peindre. Il a démarré sa pièce en faisant les intérieurs sans aucune esquisse préalable sur le mur. C’est exactement en cela que je souhaite évoluer.

2

LECTRICS: Comme tu le dis si bien, la plupart des graffeurs utilisent le même process de réalisation (intérieur, background, outlines). C’est généralement dans un souci de propreté et donc souvent de lisibilité. Est-ce que pour toi la propreté est un critère important dans ta manière de peindre ?
Franchement, non. Je viens de Berlin et ici la propreté n’a jamais été un critère. Faire des coulures et des intérieurs à l’arrache, je m’en tape. La propreté pour moi c’est d’avantage avoir des lignes qui se tiennent. Si elles ont la tremblote ou si tu vois qu’elles ont été refaites cent fois en coupant les coins et les bords, pour moi ce ne sera toujours pas valable. Le graffiti ce n’est pas un concours de beauté.

LECTRICS : Tu fais partie des gens dont le lettrage n’est pas toujours facilement lisible. Est-ce que tu t’es déjà dit que certains writers peuvent complétement passer à côté de ton style parce qu’ils n’ont pas la clé de lecture de tes lettres ?
C’est une question essentielle. Je te dirais que oui c’est important pour moi. Dans le passé j’entendais souvent des réflexions du type “hé, ça à l’air pas mal son truc, belles couleurs” mais rien à propos des lettres. Ce qui est plutôt dommage sachant que je m’efforce de les travailler. Je pense que cela vient du fait que j’utilisais beaucoup de couleurs et qu’on faisait pas forcement la différence entre mes intérieurs de lettres et mon fond. C’est pour cela que je me suis mis à faire des lettrages tout en blanc et que j’ai commencé à trouver d’autres manières de lier tout ça. Par exemple, en ce moment tout à la fin de ma peinture, je tente l’expérience de repeindre le mur d’une teinture pleine d’eau. Ca fait sympa mais t’as l’impression de noyer ta pièce.
J’adore comment Bus126 et Cost des IND sont capables de faire en sorte que leurs pièces soient une réalisation à part entière sans réelle séparation entre l’intérieur de tes lettres et le fond. Malheureusement, pomper n’est pas une option possible, il faut donc que je continue et trouve ma propre voie.

sin2014 copy

LECTRICS: Pas d’inquiétude la-dessus, j’ai l’impression que tu empreintes une bonne voie! Tu souhaites ajouter quelques choses pour conclure ?
Dédicace à tous les gars de mon équipe! On vient de célébrer nos 20 ans et c’était mortel. On a peint une mur tous ensemble ce qui m’a permis de me rendre compte à nouveau de ce qui nous différencie des autres groupes: ont a tous un style diffèrent. Ce que je veux dire c’est qu’il y a souvent des crews connus pour un style ou un autre mais chez nous les Outbreaks chacun a son propre style de Emir à Kube en passant par Planet, Nomad ou Shake. C’est qui nous place un cran au-dessus j’imagine. “Love” à tout le OBS gang et à tous mes potes. Continuez le taf et restez focus. Yo!

IMG_4714b

Related posts

© LECTRICS. All Rights reserved

The team is composed of:
Izzy Wobster: CEO, Whatyouwrite: news/Twitter manager, A76: news/advertising/photography, Sauciflar: news, Supadope: news/photography
MADE BY DR SLASH
#